J’ai testé…

Aujourd’hui (enfin il y  a quelques mois maintenant) j’ai testé pour vous la plongée en eaux troubles ! Avant quand on me parlait de plongée, j’avais plutôt en tête une eau chaude et turquoise, un bikini rouge (dans lequel je ne rentre plus) et un soleil de plomb (que je n’ai pas vu depuis longtemps). Bien évidement je ne fais jamais les choses comme personne et mon baptême de plongée écossaise s’est fait sur un bout de loch sombre et gris dans un recoin de port, par un beau mois de septembre. Pour ceux qui se demanderaient comment j’ai pu en arriver là, disons que c’est par le plus grand des hasards que je me suis réveillée un beau matin de lendemain de cuite à côté d’un magnifique plongeur écossais du nord, mais sans sa combinaison. Bref. Il n’y a pas de boulot ici l’hiver, et il fallait bien que je trouve quelque chose d’autre à faire que mes petits gâteaux pour des gens qui au final ne font pas la différence entre un cheesecake et une tarte tatin.

Première chose à savoir, ici on plonge pour la St Jacques. J’en profite pour passer un message revendicatif : la plongée à la St Jacques, contrairement à la pêche à la drague, ne bousille pas les fonds marins. Merci pour votre attention.

Deuxième chose, l’eau est froide. Et pas turquoise. Dommage. Il vous faudra donc une bonne combi sèche, et un masque intégral. Une fois paré de cette magnifique tenue d’apparat, essayez de fuir tout appareil photo qui pourrait se trouver à proximité. Je vous laisse découvrir en image le potentiel sexe que vous pouvez dégager dans votre nouvelle tenue de bondage :

Robert, notre envoyé spécial de retour de la fistinière

Robert, notre envoyé spécial de retour de la fistinière

Que trouvons nous au fond, me direz vous ? Pour ce qui est du fond de l’eau, je vous répondrai : pas grand chose. Du sable à perte de vue, quelques plantes et surtout beaucoup de coquilles, qu’il suffit de ramasser dans son panier maman ! Après une vingtaine de minutes, résultat du panier garni :

DSCF1099

A moins de dix mètres on trouve des St Jacques de calibre moyen, qui partent en moyenne à 1.50£ pièce.

Les St Jacques plus grosses se trouvent à 20 mètres de profondeur, principalement sur les récifs escarpés de la côte ouest.

Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :