Tous au bistro

J’ai constaté avec effroi ce matin que je ne ressemblais à rien n’avais pas fait de post sur l’endroit où je passe le plus clair de mon temps : le bistro. Polichinelle dans le tiroir oblige j’ai du délaisser pour quelques temps mon quartier général mais je me suis dit qu’un petit tour d’horizon de « comment se torcher en Ecosse » rappellerait à mon foie qu’il va falloir bientôt reprendre du service.

Lorsque je trainais mes guêtres en Gaulle, j’appréciais en bonne franchouillarde un ou deux litres verre de Chablis en terrasse jusque pas d’heure, bon prétexte au demeurant pour rallumer la chaudière en cas de lendemain difficile. Petite habitude Rétaise qui a fini par me rendre alcoolique et fauchée mais qui avait l’avantage de me donner un peu de consistence en société. En débarquant à Glasgow, j’ai du abandonner mon vice, le vin servi au comptoir étant souvent dégueulasse, et cher, puisque le « verre de vin », ou « large glass of wine », coute ici près de 5 pounds c’est à dire quasi 6 euros pour un verre de piquette tout droit sorti d’une bouteille qui n’a même pas de bouchon de liège. Il faut s’habituer à cette particularité « technique » ici : les bouteilles de vin ont quasiment toutes un bouchon vissé en métal. Mon coeur saigne à la simple pensée de ce désastre viticole.

Dieu existe puisqu’à l’époque, il a eu la bonne idée de mettre mon amie Maryse sur ma route de soularde avertie. Maryse se prostituait avec moi chez IBM et nous avions pris pour habitude d’aller dilapider notre salaire en ville assez souvent. Maryse est comme moi,, c’est à dire qu’elle boit à peu près tout ce qui passe. Je lui dois une fière chandelle parce que grâce à elle, j’ai découvert le meilleur ami de l’alcoolique en Ecosse : le STRONGBOW. Le Strongbow c’est du cidre servi à la pression et ne vous y méprenez pas, ça torche sévère. A 3 pounds 50 la pinte, c’était un petit peu comme l’arrivée du messie chez les juifs : incroyable ! Chassez vos idées préconçues sur la bolée de cidre française, il est possible ici de se murger correctement avec de la pomme à bulles.

IMG_0693

Pinte de cidre au beer garden.

Vous remarquerez ici la couleur légèrement rosée du cidre, il suffit de commander « a pint of strongbow with blackcurrant », un sirop de cassis bon marché plein d’édulcorants.

Il est maintenant temps de parler d’une autre habitude écossaise : le « wee dram ». Comprenez « un petit verre de sky ». En général l’écossais commande une pinte pour se désaltérer et l’agrémente d’un wee dram assez régulièrement. La pinte, contrairement aux idées reçues, n’est pas de la guiness mais plutôt une « Tennent’s » ou une « pint of lager », c’est à dire une pinte de foster’s. N’essayez pas la tennent’s, c’est dégueulasse. Si vous voulez vous la jouez scottish et essayer vous aussi le « wee dram », sachez que dans la plupart des pubs lambda il s’agit en général de whisky « White MacKay »,  « Grouse », ou encore « Black bottle ». Pour ce petit rituel folklorique et si vous êtes sur Glasgow, je ne peux que vous conseiller le « Goose », pub à la déco désuète près de la gare centrale. La pinte y est bon marché et l’ambiance typiquement « Glaswegian ». Le beer garden, en « été », est un endroit tout indiqué pour vous remettre de votre gueule de bois en bonne compagnie.

« Le Goose » 40 union Street Glasgow

En soirée et si vous n’aimez pas la bière ni le whisky, rendez-vous au LAB, dans une ruelle perpendiculaire à Buchanan Street. Attention ce pub réputé pour ses shots chimiques servis en tube à essai est souvent pris d’assaut, d’autant que les quelques tables à l’extérieur sont souvent envahies par les fumeurs-alcooliques. Les gens comme moi, quoi…

« Le LAB » 26 Springfield Court Glasgow 

Si comme moi vous aimez le cidre ET être en terrasse, ne manquez pas le « Babbity Bowster«  près de Merchant city. Un des meilleurs spots de Glasgow et une excellente sélection de cidres un peu plus gouteux que le Strongbow.

Laissez vous également tenter par un « spiced rum and coke », cuite garantie !

IMG_1531

Sailor Jerry, la rolls du rhum épicé.

Glasgow m’a également fait découvrir la meilleure vodka à boire sans modération :

IMG_1579

Voilà pour les bases de l’alcoolisme en Ecosse. N’hésitez pas à m’envoyer vos bonnes adresses si vous en avez et surtout, à la vôtre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :